• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Trois contributions marquantes du département GA aux orientations stratégiques de l'INRA

Mis à jour le 26/07/2017
Publié le 21/07/2017
Mots-clés : 3PERF-2 - GA

Le catalogue du métagénome intestinal porcin

Catalogue du métagénome intestinal porcin. © Inra, Denis Milan
Catalogue du métagénome intestinal porcin © Inra, Denis Milan

Catalogue du métagénome intestinal porcin : lancé par une équipe du département de Génétique Animale avec le soutien actif du métaprogramme MEM et du département MICA, la partie séquençage de ce projet a été réalisée en Chine au BGI (Beijing Genomics Institute, situé à Shenzhen). Parmi les principaux résultats de l’article publié dans Nature Microbiology en Septembre 2016 qui en est issu : i) un catalogue complet fort utile pour les études ultérieures, ii) une assez grande proximité avec le métagénome humain suggérant un caractère modèle intéressant, iii) une plus grande diversité dans le métagénome porcin que dans celui de l’homme, iv) une plus grande présence de gènes de résistance aux antibiotiques dans les métagénomes des porcs élevés en Chine, qui sont constamment supplémentés en antibiotiques.

Détection de traces de sélection d’origine bovine chez le Yack 

Photo de Yack. © Inra, Denis Milan
Photo de Yack © Inra, Denis Milan

Par reséquençage du génome de yack des chercheurs du département de Génétique Animale ont montré que 1 à 2 % du génome du Yack était en fait d’origine bovine. Les régions ainsi identifiées correspondent à des gènes impliqués dans le développement et le fonctionnement du système nerveux. Leur étude plus fine montre un enrichissement en gènes impliqués dans le comportement et la docilité, suggérant un rôle de ces régions bovines dans la domestication des yacks. Chez des yacks sans corne, la présence là aussi d’un haplotype bovin sans corne a été identifiée. Ces résultats ont été publiés en Janvier 2017 dans Nature Genetics.

Le Laurier « Impact de la recherche » pour le groupe Génétique et génomique bovine de Jouy-en-Josas 

Remise du Laurier "Impact de la Recherche" 2016. © Inra, INRA
Remise du Laurier "Impact de la Recherche" 2016 © Inra, INRA

Après des développements focalisés sur les 3 principales races laitières (Holstein, Normande, Montbéliarde), l’offre de sélection génomique est maintenant proposée aux 3 races bouchères majeures (Charolaise, Limousine, Blonde d’Aquitaine), ainsi qu’aux races laitières régionales (Pie Rouge des Plaines, Brune, Abondance, Tarentaise et Vosgienne). Cette innovation est emblématique à au moins deux égards : i) elle concerne les races majeures comme celles valorisées essentiellement sous Signe Officiel de Qualité, ii) elle renforce le lien entre Science et Impact, les génotypages réalisés par les éleveurs à des fins de sélection étant le plus souvent disponibles pour la recherche et la progression des connaissances. Dans les autres espèces de ruminants, la sélection génomique est en place en race ovine Lacaune (production du Roquefort), en déploiement en races Manech à tête rousse, Manech à tête noire, Basco-béarnaise, ou programmée en races caprines Alpine et Saanen. Elle a également démarré chez le porc, en 2016 pour la race Landrace Français, et en 2017 pour la race Large White, sous l’impulsion de l’IFIP et de l’INRA. Le Laurier de l’impact récompense le groupe Génétique et génomique bovine de Jouy-en-Josas, animé par Didier Boichard. Associant au sein de l’Unité Mixte de Transfert UMT 3G des chercheurs INRA et des ingénieurs d’Allice (Union de Coopératives d’élevage) et d’Idele (Institut de l’Elevage), ce groupe œuvre à la pointe de la science – avec à la clé plus de 60 publications scientifiques – tout en étant à l’écoute permanente des besoins de la filière. Pour en savoir plus : http://jobs.inra.fr/A-la-une/Lauriers/Lauriers-2016/Equipe-Genetique-et-genomique-bovine/(key)/4