• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Avant-propos

Philippe Mauguin Président-directeur général de l'Inra

Philippe Mauguin

Président-directeur général de l'Inra

 

L’Inra est un organisme de recherche finalisée unique au monde. Il sait mobiliser un spectre large de recherches cognitives, allant de la biologie et l'écologie fondamentale aux applications dans le secteur de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement. Il s’appuie sur la diversité et l’excellence de sa communauté de travail : chercheurs, ingénieurs et techniciens, présents aussi bien dans la recherche que dans le soutien et l'appui à la recherche.

Ce collectif est une chance : une chance de proposer des innovations de rupture pour permettre à nos sociétés de vivre mieux et de façon plus durable ; une chance de repousser les limites de notre connaissance ; une chance d’éclairer la complexité des systèmes alimentaires dans l’espace et dans le temps.
Nos outils, notre environnement et nos attentes évoluent : l’Inra s’en inspire pour construire et expliciter ses orientations pour les dix ans à venir.

 

Une nouvelle ère pour l’agriculture et l’alimentation, de nouveaux défis pour la recherche

Au cours des 50 dernières années, la forte croissance de la population mondiale a été largement compensée par celle de la production alimentaire qui a triplé. Ce succès quantitatif a permis d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, mais 820 millions de personnes souffrent toujours de sous-alimentation chronique et deux milliards de carences en micronutriments, alors qu’un autre milliard présente un risque accru de maladies liées à l’obésité.

L’augmentation de la production alimentaire mondiale s’est appuyée sur une hausse continue de la production agricole, rendue possible par des démarches d’uniformisation et de simplification des systèmes agricoles.

Les limites de ce modèle s’imposent à nous aujourd’hui : pollutions, adaptation des bioagresseurs, carences nutritionnelles, mais aussi stagnation des rendements et perte de valeur ajoutée pour les agriculteurs.

L’agriculture sera confrontée tout au long du 21e siècle à des défis nouveaux : assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour une population de plus de 9 milliards d’êtres humains, gérer durablement les ressources naturelles indispensables à la vie (l’eau, les sols, l’air, la biodiversité) et contribuer à la lutte contre le changement climatique, en stockant mieux le carbone dans les sols agricoles et forestiers tout en contribuant à la substitution du carbone fossile dans l’économie.

Cet enjeu majeur pour la planète, « global food security in the context of global change », est posé dans une situation socio-économique très difficile pour les agricultures du monde. L’accélération des crises climatiques, la globalisation des marchés et la disparition des outils de régulation ont entraîné ces dernières années une forte volatilité des cours, se traduisant par la flambée du prix des céréales et des émeutes de la faim en 2008, puis des crises de surproduction mondiale dans le secteur de l’élevage et du lait. La multiplication des crises économiques qui touchent les exploitations agricoles, au nord comme au sud, met en évidence la vulnérabilité des systèmes de production, et leur inadaptation à un contexte nouveau.

Nous sommes à une étape charnière : les transitions agricole, alimentaire, écologique ou énergétique dans le contexte du dérèglement climatique bouleversent les questions posées à la recherche agronomique.

 

Une stratégie globale à l’horizon 2025

C’est dans ce contexte que l’Inra a décidé de réactualiser ses orientations stratégiques à l’horizon 2025. Ce document d’orientation, qui s’appuie sur le précédent couvrant la période 2010-2020, s’est nourri des priorités de la stratégie nationale de recherche, des objectifs du développement durable, des dernières évaluations externes de l’Institut (HCERES, évaluations des départements scientifiques, contrôle de la cour des comptes), du dernier rapport d’autoévaluation de l’Inra et de la réflexion collective de ses instances.

Ces orientations 2016-2025 seront structurées en cinq domaines thématiques prioritaires :

#Global
L’ambition globale d’atteindre la sécurité alimentaire dans un contexte de transitions et de changements planétaires

#3Perf
La multiperformance (économique, environnementale, sanitaire et sociale) et la diversité des agricultures françaises, enrichies des approches de l’agro-écologie et de l’agriculture numérique

#Climat
L’adaptation des systèmes agricoles et forestiers au dérèglement climatique, l’atténuation de leurs effets sur le climat et les services écosystémiques qu’ils sont susceptibles d’offrir pour contribuer au contrôle des émissions de gaz à effet de serre

#Food
Le développement de systèmes alimentaires sains et durables

#BioRes
La complémentarité et la concurrence des usages des bioressources pour les besoins alimentaires d’abord, mais aussi l’énergie, la chimie et les matériaux bio-sourcés.

En outre, trois grandes orientations de politique générale sont définies : 

#OpenScience
L’engagement de l’Inra dans une dynamique suscitée par la révolution numérique, qui transforme nos questions de recherche, nos méthodes et nos pratiques

#OpenInra
 La poursuite de l’ouverture de l’Inra à ses partenaires académiques, socio-économiques et publics depuis l’échelle locale jusqu’à l’échelle mondiale, incluant les acteurs non marchands via des approches de sciences participatives

#Appui
L’évolution de l’organisation de l’Inra et de ses pratiques au service de son projet.

L’ensemble se décline en objectifs précisant ces orientations. Celles-ci donneront lieu à une animation et un suivi, en articulation avec les schémas stratégiques des départements, les schémas des centres et le plan de modernisation de la gestion de l’Institut.

 

Un plan opérationnel au service d’une aventure collective

J’ai souhaité avec l’équipe de direction que ces orientations soient également déclinées de manière opérationnelle en cinq plans d’action pour mobiliser l’ensemble des agents de l’Inra, nos partenaires de la recherche, de l’enseignement et du monde socioéconomique :

  • Ressources humaines et communication interne : pour assurer l’attractivité et la cohésion d’une communauté de travail chargée d’une mission majeure de service public, en veillant à la motivation et à la qualité de vie au travail des agents titulaires, contractuels ou partenaires
  • Coopération avec l’enseignement supérieur : pour décliner les thématiques prioritaires de l’Inra en stratégies scientifiques de sites, partagées avec nos partenaires dans les territoires, contribuant à faire de chaque grand site universitaire un pôle de rayonnement international sur les thématiques d’excellence de l’Inra
  • Innovation : pour valoriser et élargir le formidable potentiel d’innovation de l’Institut, en combinant les disciplines, en co-construisant avec les acteurs des filières et des territoires, en valorisant nos infrastructures et en ciblant des domaines d’innovation prioritaires
  • Stratégie européenne et internationale : pour décliner la stratégie scientifique de l’Inra avec un plan d’action visant à mobiliser nos principaux partenaires sur nos priorités au sein d’un réseau mondial de la recherche agronomique et alimentaire, et à assurer notre présence dans les institutions internationales
  • Prospective scientifique interdisciplinaire : pour éclairer les futurs fronts de science, enrichir nos orientations, développer des actions incitatives, favoriser des partenariats scientifiques, économiques, disciplinaires ou de formation. Des premiers chantiers sont présentés dans ce document sur l’avenir des filières d’élevage, l’intégration des recherches santé-alimentation- environnement et les nouveaux fronts de recherche sur l’agro-écologie.

Ces plans d’action seront élaborés et partagés avec les parties prenantes. Ils devront être concrétisés par des résultats annoncés et tangibles. Je propose de les placer au coeur du prochain contrat d’objectifs de l’Inra avec l’État pour la période 2017-2021.

C’est ainsi, en déclinant de façon pragmatique des orientations stratégiques ambitieuses, que nous pourrons faire de l’Inra à l’horizon 2025 un organisme de recherche attractif pour son personnel et ses partenaires, expert mondial reconnu dans ses domaines de compétence, engagé pour relever les défis cruciaux pour l’avenir de notre planète.