• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

ACQUIS & PERSPECTIVE

Le programme des investissements d’avenir (PIA) a soutenu la montée en puissance d’un dispositif partenarial public-privé : divers projets du programme « Biotechnologies-bioressources » dont « Biomass for the Future », deux instituts pour la transition énergétique Pivert et Ifmas, la plateforme d’innovation Improve, le démonstrateur pré-industriel TWB, l’institut Carnot 3BCar, etc.

Des espaces de travail inter-institutionnels sont ouverts par les alliances de recherche Ancre (groupe de travail Bioénergies) et AllEnvi (GT Ecotechnologies). En outre, les chercheurs Inra participent à des GDR qui pilotent des dynamiques transversales sur les sciences du bois, la biologie de synthèse et les synthons et matériaux biosourcés (Symbiose).
Le méta-programme MEM positionne l’Inra sur les fronts de science pertinents pour divers microbiotes, en complément des travaux nécessaires en biologie des systèmes et biologie de synthèse. En parallèle, GloFoodS apporte une vision globale des disponibilités de bioressources, par les co-produits des cultures alimentaires et par les cultures dédiées, renvoyant à une perspective globale de l’usage des sols. Les consortiums Bio-Based Industries, EERA Bioénergies et les ERA-NET ERASynBio et Surplus permettent de prolonger la réflexion au niveau européen.

Plusieurs questions de recherche prioritaires apparaissent dans les propositions de la mission #AgricultureInnovation2025, dont trois mériteront une attention particulière : les laboratoires vivants « territoriaux », les biotechnologies industrielles et les biotechnologies végétales. Ce sera l’occasion de contribuer et de piloter des infrastructures de recherche au niveau national et européen à l’image d’Emphasis et d’Ibisba.
La publication de la stratégie nationale de bioéconomie sera l’occasion de mettre en place une animation scientifique avec d’autres acteurs académiques, socio-économiques et des collectivités territoriales afin d’analyser les dynamiques et les organisations territoriales des systèmes bioéconomiques.