• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

L'enzymologie au service de la bioéconomie

Publié le 17/05/2018
Mots-clés : cepia - BIORES-1 - BIORES-2

Un positionnement scientifique affirmé pour le département CEPIA

Deux résultats produits, d'une part par l'unité Biodiversité et Biotechnologie Fongique (BBF), d'autre part par l'unité Ingénierie des Systèmes Biologiques et Procédés (LISBP), illustrent bien la position forte du département CEPIA en matière d'enzymologie.

Les chercheurs de BBF ont révélé l'existence d'une nouvelle mono-oxygénase active sur les xylanes. Leur travail, publié dans Nature Chem Biol (2018), est particulièrement marquant puisqu'il s'agit de la première mono-oxygénase du type LPMO active sur les xylanes, qui constituent la deuxième source terrestre de carbone renouvelable. L'enzyme issue de la souche Pycnoporus coccineuas été brevetée et sa valorisation commerciale par une entreprise est à l'étude. 

Dans le cadre du projet SYNTHACS (PIA1), des chercheurs du département CEPIA ont contribué à la mise au point d'une souche bactérienne capable de synthétiser le 2,4-dihydroxybutyrate, un précurseur de la L-méthionine utilisée en alimentation animale. Pour parvenir à ce résultat, publié dans  Nature Commun (2017), les chercheurs de CEPIA spécialisés en modélisation moléculaire et ingénierie des enzymes ont apporté leur expertise pour modifier plusieurs enzymes nécessaires à la construction d'une voie métabolique nouvelle. La nouvelle souche modifiée est au centre d'un bioprocédé qui est maintenant porté à l'échelle pilote par la société Adisseo. 

Ces deux résultats, pertinents pour le développement de technologies en faveur de la bioéconomie, sont rendus possibles par l'existence d'infrastructures (le CIRM champignons filamenteux et la plateforme ICEO) et le développement depuis une vingtaine d'années de compétences en enzymologie.