• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Le département BAP contribue à l'objectif #BioRes-1

Mis à jour le 15/03/2017
Publié le 28/11/2016
Mots-clés : BAP - BIORES-1

Le département Biologie et Amélioration des Plantes (BAP) contribue à cet objectif à travers plusieurs enjeux structurants et fronts de science de son schéma stratégique : EnjS4, EnjS1, FS4, FS7, FS8

Une conversion efficace de la biomasse végétale nécessite la caractérisation biochimique et génomique de la production des lipides et des lignocelluloses et son adaptation aux différents usages (bioénergie, molécules bio-sourcées, biomatériaux). Le Département conduit à la fois des travaux fondamentaux chez la plante modèle Arabidopsis comme des travaux plus appliques sur les lipides chez la caméline, le colza et les microalgues et pour la paroi lignocellulosique chez le maïs et Miscanthus, une espèce orpheline adaptée à des sols peu productifs et pour laquelle les outils de génétique sont en cours de développement. L'exploitation des ressources génétiques (variabilité naturelle) et/ou des modifications biotechnologiques sont par exemple mises en œuvre pour améliorer la composition des lipides et faciliter l'extraction des sucres de la paroi.
BAP EnjS4

La biologie de synthèse s'appuie sur des modèles pour prédire les conséquences de modifications biotechnologiques sur le comportement des plantes. Ces modèles sont le résultat de la biologie des systèmes. La modélisation au sein de BAP concerne en particulier le métabolisme du fruit charnu, la genèse des corps lipidiques, des réseaux impliqués dans l'utilisation des nutriments minéraux et l'architecture des plantes.
BAP EnjS1

Les approches permettant d’adapter la matière première végétale, et notamment les lipides et les lignocelluloses, aux différents usages (bioénergie, molécules bio-sourcées, biomatériaux) mobilise des améliorations du métabolisme primaire ou secondaire. Les travaux chez la caméline, une oléagineuse apparentée à la plante modèle Arabidopsis, visent à modifier la composition des lipides pour améliorer la valeur nutritive mais aussi la valeur technique. Les travaux chez les microalgues visent à produire des gouttelettes d'huile en absence de stress et de les exporter de la cellule. Les travaux chez le maïs visent à augmenter l'extractabilité des sucres tout en préservant la performance agronomique.
BAP FS4

L'édition des gènes est un des leviers biotechnologiques pour adapter la matière première végétale, et notamment les lipides et les lignocelluloses, aux différents usages (bioénergie, molécules bio-sourcées, biomatériaux). L'inactivation des gènes par CRISPR-Cas9 est aujourd'hui maîtrisée et est utilisée chez la caméline, une oléagineuse apparentée à la plante modèle Arabidopsis, pour modifier la composition des lipides à fin d'améliorer la valeur nutritive mais aussi la valeur technique. Des travaux chez le maïs visent à augmenter la capacité de saccharification tout en préservant la performance agronomique. En parallèle, des développements techniques chez un ensemble d'espèces cultivées concerneront notamment la mise en place de la véritable édition des gènes (remplacement d'un allèle par un autre) et optimiser les systèmes d'introduction de CRISPR-Cas9 dans la cellule végétale.
BAP FS7

La sélection génomique est un des leviers biotechnologiques pour adapter la matière première végétale, et notamment les lipides et les lignocelluloses, aux différents usages (bioénergie,molécules bio-sourcées, biomatériaux). Les travaux chez le maïs visent à exploiter la variabilité naturelle du maïs (ressources génétiques) pour concevoir des génotypes avec une meilleure digestibilité de la paroi tout en conservant leur performance agronomique.
BAP FS8

Schéma stratégique du département BAP