• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

ACQUIS & PERSPECTIVE

Entre 2010 et 2015, l’Inra a doublé le rythme de ses publications sur le changement climatique. Le métaprogramme ACCAF mobilise une centaine d’unités de recherche. Le méta-programme EcoServ coordonne les recherches sur les services rendus par les écosystèmes agricoles, dont ceux concernant l’effet de serre et le dérèglement climatique. Le potentiel de l’agro-écologie dans ces domaines fait l’objet d’une réflexion prioritaire. Le changement climatique n’est pas neutre pour les questions traitées par les autres méta-programmes :

  • Les interactions entre changement climatique et santé des cultures et des animaux (SMaCH et GISA) ;
  • Les interactions avec la sécurité alimentaire (GloFoodS) et avec les transitions nutritionnelles (DID’IT) ;
  • Les liens entre gaz à effet de serre et écosystèmes microbiens (MEM), et entre sélection génomique végétale et animale, adaptation et atténuation (SELGEN).
  • L’Inra mobilise le méta-programme EcoServ pour mener, pour le compte du ministère de l’Environnement, le volet « écosystèmes agricoles » de l’Evaluation Française des Ecosystèmes et des Services Ecosystémiques (EFESE). Les capacités de modélisation prédictive peuvent être mobilisées pour explorer et illustrer les scénarios.

La visibilité de ces recherches bénéficie d’alliances et de programmes internationaux (AgMIP, GRA) et européens (FACCE JPI, Climate KIC), dans lesquels le rôle de l’Inra s’est affirmé depuis 2010. Elle se traduit aussi par le lancement, dans le cadre de l’accord de Paris 2015, d’un programme international de recherche sur les sols pour la sécurité alimentaire et le climat : le programme 4p1000 que l’Inra porte à l’international avec le Cirad, l’IRD, le CGIAR et l’OSU (Ohio State University), ainsi qu’avec l’alliance mondiale de recherche sur les gaz à effet de serre en agriculture.

Les publications de l’Inra, IRSTEA et le CNRS (INSU et INEE) couvrent des champs complémentaires du domaine des sciences de l’environnement physique et biotique. Ce constat invite à mener une réflexion stratégique commune pour traiter plus efficacement ensemble des questions de climat, d’eau, de sols et de biodiversité notamment.