• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Deux articles sur les systèmes alimentaires durables récompensés par des prix scientifiques

Mis à jour le 29/05/2018
Publié le 29/05/2018
Mots-clés : SAE2 - FOOD-1 - FOOD-2

Prix du meilleur article scientifique à l’European Association of Agricultural Economists (EAAE)

Les travaux récompensés portent sur l’évaluation des coûts et des bénéfices de diverses recommandations alimentaires et nutritionnelles ; ils reposent sur une approche économique originale prenant en compte le comportement du consommateur. Il apparaît que pour bon nombre de recommandations, les politiques d’information des consommateurs présentent un bilan coût-bénéfice favorable suggérant qu’il est pertinent d’intensifier ces campagnes de promotion. Les travaux répondent à un certain nombre de questions : comment les régimes alimentaires actuels doivent-ils évoluer pour en améliorer les impacts de santé publique et environnementaux ? Quelles recommandations promouvoir en priorité dans des campagnes d’information conduites en population générale ? Lesquelles présentent le meilleur bilan coût-bénéfice si l’on prend en compte, à la fois, les externalités de santé et environnementales et les coûts d’adaptation auxquels font face les consommateurs ?
Ces travaux récents ont permis de proposer une méthodologie pour l’évaluation des coûts et des bénéfices de diverses recommandations alimentaires et nutritionnelles. La principale originalité de l’approche est de prendre en compte le comportement du consommateur. A la différence de nombreux autres travaux, l’adaptation des régimes alimentaires, consécutive à la mise en oeuvre des recommandations de consommation) est déterminée sur la base des préférences des
consommateurs (inférées à partir de l’estimation des élasticités-prix de la demande des différents groupes de produits à partir de données d’achats des ménages). Dans le cadre d’un projet européen (SUSDIET, programme ERANET-SUSFOOD), des analyses du même type, utilisant la même méthodologie, sont menées dans d’autres pays. Il sera intéressant de mesurer en quoi les conclusions sur les recommandations alimentaires et nutritionnelles convergent ou non au sein de quelques pays de l’UE.

Irz X, Leroy P, Réquillart V, Soler L-G (2016). Welfare and sustainability effects of dietary recommendations. Ecological Economics. 130: 139-155. doi:10.1016/j.ecolecon.2016.06.025

Irz X, Leroy P, Réquillart V, Soler L-G (2016). Beyond Wishful Thinking: Integrating Consumer Preferences in the Assessment of Dietary Recommendations. PLoS ONE 11(6): e0158453. doi:10.1371/journal.pone.01584.

Irz, X., P. Leroy, V. Réquillart et L.G. Soler (2015). Economic assessment of nutritional recommendations. Journal of Health Economics. 39: 188-201. http://dx.doi.org/10.1016/j.jhealeco.2014.009.002

Prix du meilleur poster au dernier colloque de l’European Association of Agricultural Economists (EAAE,Parme, Italie, 2017)

Cet article sur l’alimentation durable - effets d’une taxe environnementale sur les aliments à base de produits animaux, étudie l’impact d’une taxe à la consommation sur les produits alimentaires d’origine animale défavorables à l’environnement. Sur des données françaises, le meilleur scénario peut réduire les émissions environnementales (-6.6% à -13.2% selon les indicateurs) et améliorer la qualité nutritionnelle (+1.2%) avec un coût limité pour le budget alimentaire (-4.0%). Cet impact positif à la fois sur l’environnement et la nutrition est conservé sur les différentes classes de revenu et d’âge. Pour en savoir plus : http://www.versailles-grignon.inra.fr/Toutes-les-actualites/201605-Alimentation-durable

Caillavet F., Fadhuile A., et Nichèle V. (2016). Taxing Animal Products for Sustainability: Environmental, Nutritional and Social
Perspectives in France. European Review of Agricultural Economics advance access February 2016:doi:10.1093/erae/jbv041.
43(4), 537–560 September 2016.