• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

La structure sociale des mondes ruraux

Mis à jour le 11/02/2019
Publié le 11/02/2019
Mots-clés : SAE2 - GLOBAL-3 - 3PERF-4

Deux ouvrages de référence

S’appuyant sur une enquête de terrain collective menée dans le centre est de la France, les ouvrages Mondes ruraux et classes sociales (Editions de l’EHESS) et L’embourgeoisement, une enquête chez les céréaliers (Raisons d’Agir), proposent une analyse renouvelée des campagnes françaises. Le premier, collectif se montre attentif à la diversité des groupes sociaux et aux rapports de classe qui traversent ces territoires. Une telle prise en compte de la dimension locale permet de prendre toute la mesure de ce qui construit, aujourd’hui, l’appartenance sociale au sein des mondes ruraux. Les auteurs livrent les résultats d’une ethnographie collective menée auprès d’agriculteurs, de bûcherons, de chasseurs, mais aussi d’ouvriers et de cadres de l’industrie, d’instituteurs, de jeunes chômeurs, ou encore d’élus locaux. L’approche localisée multi-entrées complexifie la lecture de l’espace social, en éclairant la manière dont les individus se positionnent les uns par rapport aux autres au sein des espaces ruraux. Le livre L’embourgeoisement, une enquête chez les céréaliers fait partie de la même enquête. L’ouvrage détaille le cas singulier de cette fraction de l’espace social localisé des mondes ruraux, les agriculteurs sur de grandes exploitations qui ont su tirer les bénéfices des politiques liées au productivisme agricole de l’après-guerre à nos jours.

Illustration "Mondes ruraux et classes sociales" , Ivan Bruneau, Gilles Laferté, Julian Mischi et Nicolas Renahy (dir.), collection « En temps & lieux », Editions de l’EHESS, 2018. © Inra, Michel Jolyot, Gilles Laferté
Illustration "Mondes ruraux et classes sociales" , Ivan Bruneau, Gilles Laferté, Julian Mischi et Nicolas Renahy (dir.), collection « En temps & lieux », Editions de l’EHESS, 2018 © Inra, Michel Jolyot, Gilles Laferté

  • Résultats

Ces publications restituent les principaux résultats d’une enquête collective, coordonnée par des chercheurs en sociologie du CESAER, qui a été menée dans une région rurale du centre-est de la France entre 2007 et 2012. Le caractère collectif de l’entreprise permet de déployer une analyse localisée portant sur une variété de groupes sociaux (ouvriers, agriculteurs, cadres, enseignants, etc.) et d’explorer de quelles manières ils interagissent, s’évitent ou s’ignorent. Ce travail actualise et complète l’analyse des espaces ruraux qui a longtemps pâti d’un manque d’attention aux rapports entre groupes sociaux du fait d’une focalisation sur les seuls agriculteurs.

Alors que les sociologues tiennent le plus souvent la localisation comme une dimension secondaire de la réalité sociale qu’ils étudient, cette enquête montre qu’elle s’avère primordiale en tant qu’elle constitue le cadre où se forgent les socialisations et trajectoires, où se déroulent les interactions et la perception des différences. Il démontre qu’une étude approfondie des groupes sociaux ne peut faire l’économie de leur contextualisation : les mécanismes de production des positions sociales sont nécessairement incarnés et donc spatialement situés.

Les contributions du livre collectif mettent au jour les différenciations de classe au sein d’un territoire rural. Elles analysent de quelles manières l’interconnaissance rurale est traversée par des clivages de classe ou encore comment les ressources procurées par l’appartenance locale – l’autochtonie – varient selon les groupes et les époques. Inscrites dans des processus de longue durée, les logiques de domination à l’œuvre et les principes de hiérarchie sociale n’ont rien d’immuable. Par exemple, des fractions des mondes agricoles, autrefois proches des mondes populaires salariés et artisanaux, intègrent dans la dernière période les régions supérieures de l’espace social.

Les rapports sociaux se déroulent entre différentes fractions de classes qui sont pris dans des relations de domination, mais aussi d’alliance et d’évitement. La bourgeoisie, tout comme la petite bourgeoisie, ne fait pas bloc dans son rapport aux classes populaires, et ce rapport peut se décliner différemment selon les cadres d’interactions (une société de chasse, le conseil municipal, l’entreprise, etc.). De la même façon, l’enquête fait apparaître différentes fractions populaires selon l’ancrage dans le salariat ou l’ouverture à l’indépendance, ou encore selon l’accès à la stabilisation professionnelle et à l’emploi public.

Les logiques de face-à-face s’articulent à des logiques d’interdépendance à distance comme le montre l’analyse des effets et des appropriations des politiques de l’Education Nationale et des réformes des services publics, comme le signale également la saisie au ras du sol du tournant managérial dans les entreprises publiques ou de la réforme des modes de gestion de la chasse.

Enfin, à travers l’analyse des agriculteurs argentés, le livre sur l’embourgeoisement montre combien les fractions hautes des mondes ruraux ne sauraient être pleinement équivalentes de celles des mondes urbains. Marquées par l’indépendance, avec des trajectoires plus à droites et conservatrices dans l’espace social, ces fractions restent moins dotées en capitaux culturels et dominées par les élites nationales concentrées dans les grandes métropoles et qui traversent seulement, le temps d’un poste, d’un séjour ou de l’occupation d’une résidence secondaire, les espaces ruraux.

  • Perspectives 

La publication collective est dirigée par 3 chercheurs de l’unité CESAER associés à l’un de ses anciens post-doctorants. Il s’agit d’appuyer la position leader du CESAER dans le champ de la sociologie des espaces ruraux en mettant en avant la singularité d’une approche qui ne réduit pas les ruraux aux seuls agriculteurs et qui est attentive à la diversité de la composition sociale de campagnes françaises. Une des perspectives est d’occuper plus facilement le terrain des débats académiques avec un ouvrage rassemblant les études menées à Dijon. Il s’agit de tenir un propos collectif au-delà des contributions individuelles de chacun.

Cette publication collective, dans sa fabrication puis sa valorisation, permet de maintenir des liens forts avec des personnes collaborant avec le CESAER, tout particulièrement avec des post-docs passés dans l’unité qui sont des contributeurs de l’ouvrage (I. Bruneau, L. Barrault, J. Gros). L’un des contributeurs (B. Coquard) a été depuis recruté à l’INRA et affecté au CESAER. Par ailleurs, H. Fradkine, autre contributrice, entame un post-doc dans l’unité à partir de décembre 2018 (programme intégré PubPrivLands de l’I-Site Bourgogne Franche-Comté). Cette publication vise ainsi à renforcer les synergies autour du CESAER, valoriser le travail des jeunes chercheurs, et favoriser les possibilités de collaborations futures.

La publication individuelle de Gilles Laferté lui permet de valoriser son travail d’HDR et plus largement d’incarner les travaux sur les mondes agricoles conduits au CESAER.

Illustration "L’embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers", Gilles Laferté. Paris, Raisons d'Agir, 2018.. © Inra, Gilles Laferté
Illustration "L’embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers", Gilles Laferté. Paris, Raisons d'Agir, 2018. © Inra, Gilles Laferté

  • Valorisation 

Présentation des ouvrages dans divers séminaires et journées d’études (Lyon 2, EHESS, Limoges, Mulhouse, INED, Amiens, etc.). Publications attendues de compte-rendu dans les revues scientifiques généralistes (sociologie, géographie, etc.) et spécialisées dans les études rurales. Un premier compte-rendu de « Mondes ruraux et classes sociales » vient de paraître :

Gaspard Sénéchal, Ivan Bruneau, Gilles Laferté, Julian Mischi, Nicolas Renahy (dir.), Mondes ruraux et classes sociales », dans Liens Socio. http://journals.openedition.org/lectures/30157

Des interventions dans la presse nationale et internationale ont été notables notamment pour le livre « Mondes ruraux et classes sociales » dont les analyses permettent d’éclairer les conditions de possibilités du mouvement social dit des "Gilets Jaunes" dans les espaces ruraux et périurbains. 

Radio :
- Présentation par L. Barrault et G. Laferté lors de l’émission de France Inter, La Marche de l’histoire, le 5 décembre 2018. https://www.franceinter.fr/emissions/la-marche-de-l-histoire/la-marche-de-l-histoire-05-decembre-2018

Tribunes :
- I. Bruneau, J. Mischi et N. Renahy, « Les Gilets Jaunes en campagne : une ruralité politique », AOC (Analyse Opinion Critique), 12 décembre 2018.
- N. Renahy, « L'appropriation des ronds-points est une réponse en soi aux théories de l'individualisme triomphant », l’Humanité, 14 décembre 2018.
- G. Laferté, S. Paugam, « Après les gilets jaunes, repenser les classes sociales », Libération, 20 décembre 2018.
- I. Bruneau et J. Mischi, « Dans le monde rural, rompre avec le sentiment de dépossession », Le Monde, 4 janvier 2019

Interviews de Benoit Coquard sur les gilets jaunes :
- Lesjours.fr : https://lesjours.fr/obsessions/route/ep7-interview-benoit-coquard/
- Les échos : https://www.lesechos.fr/economie-france/social/0600160389379-mouvement-des-gilets-jaunes-pourquoi-la-france-rurale-est-en-premiere-ligne-2222552.php
- Contretemps : http://www.contretemps.eu/sociologie-gilets-jaunes/
- La Croix : https://www.la-croix.com/France/Politique/Gilets-jaunes-gens-sensation-chacun-peut-trouver-place-2018-11-29-1200986385
- Washingtonpost : https://www.washingtonpost.com/world/europe/in-france-the-pain-behind-the-yellow-vest-protests-is-felt-mostly-outside-paris/2018/11/30/9b3db7c2-f18a-11e8-99c2-cfca6fcf610c_story.html?noredirect=on&utm_term=.6db62b476c97

  • Références bibliographiques

- Ivan Bruneau, Gilles Laferté, Julian Mischi et Nicolas Renahy (dir.), Mondes ruraux et classes sociales, collection « En temps & lieux », Editions de l’EHESS, 2018. (ISBN EHESS : 978-2-7132-2764-6)
- Gilles Laferte, L’embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers. Paris, Raisons d'Agir, 2018.

  • Contact

Julian Mischi, Gilles Laferte, Nicolas Renahy (UMR 1041 CESAER, Département SAE2 Centre Bourgogne Franche-Comté)