• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

CiTIQUE Un projet de science participative pour mieux comprendre les maladies transmises par les tiques

Publié le 19/01/2018
Mots-clés : EFPA - SA - EcoServ - ACCAF - GISA

les maladies transmises par les tiques posent des problèmes accrus en santé animale et en santé humaine

Suite aux changements globaux affectant le climat, les forêts et la biodiversité, les maladies transmises par les tiques posent des problèmes accrus en santé animale et en santé humaine. Le projet CiTIQUE explore des aspects méconnus de l’écologie de ces maladies pour améliorer leur prévention en co-construisant la recherche avec les citoyens et les professionnels de la santé et des milieux forestiers.

  • Contexte et enjeux

 
Flyer de présentation du projet. © Inra, JF. Cosson, P. Frey-Klett
Flyer de présentation du projet © Inra, JF. Cosson, P. Frey-Klett
Les études récentes montrent une augmentation rapide de l’impact des maladies transmises par les tiques (Ixodes, Dermacentor et Rhipicephalus principalement) sur la santé humaine et animale en Europe (1). Différents facteurs comme l’augmentation des surfaces forestières, l’augmentation des populations de grands mammifères sauvages (cervidés et sangliers), la réduction de la biodiversité et l’augmentation des températures sont impliqués dans cette recrudescence (2,3). De nombreux agents pathogènes transmis par ces tiques n’ont été découverts que très récemment. Ces agents pathogènes circulent entre les populations animales (sauvages ou domestiques) et humaines, grâce à quelques espèces de tiques peu spécialisées qui se nourrissent indifféremment sur les reptiles, les oiseaux et les mammifères. La compréhension de l’écologie de ces maladies requière donc une démarche « One Health / EcoHealth » impliquant les santés animale, humaine et environnementale (4). Les gouvernements européens ont été interpellés sur leur gestion de ces maladies par les associations de malades qui ne trouvent pas de solutions adéquates à leurs problèmes avec les systèmes de santé. Certains pays (dont la France) ont mis en place des plans nationaux regroupant les différents acteurs pour améliorer la prévention et la prise en charge de ces maladies (5). Sept pays européens ont parallèlement lancé (ou souhaitent le faire dans un avenir proche) des projets de recherche participative (6).

En France, l’Inra a une longue tradition de recherche sur les maladies transmises par les tiques. L’institut s’est naturellement imposé comme un acteur incontournable du Plan National Lyme en raison de son expérience et des forces humaines mobilisables pour la recherche sur de nombreux aspects de l’écologie et l’épidémiologie des maladies liées aux tiques. D’autre part, l’Inra mène depuis longtemps une réflexion sur les recherches participatives en France qui font de l’Institut un acteur en pointe dans ce domaine (7).

  • Résultats

 
Résultats CiTIQUE : où les trouve-t-on ?. © Inra, JF. Cosson, P. Frey-Klett
Résultats CiTIQUE : où les trouve-t-on ? © Inra, JF. Cosson, P. Frey-Klett
Dans ce contexte changeant et polémique, nous avons mis en place un projet de recherche participative ouvert à toutes les communautés concernées par ces problèmes : citoyens, scientifiques, politiques, professionnels de la santé humaine, de la santé vétérinaire et des espaces naturels. Ce projet co-construit avec tous ces acteurs non-scientifiques a pour objectifs de i) sensibiliser le grand public à la recherche sur les maladies vectorielles à tiques ; ii) venir en appui à la recherche en organisant la collecte de données et d’informations pour répondre à de nombreuses questions irrésolues sur leur écologie ; iii) développer des outils de prévention innovants ; et iv) auprès de différents publics (citoyens, associations de malades, scientifiques, responsable des politiques de santé). Puis nous avons organisé deux cycles de living-lab à l’Espace des Sciences Pierre Gilles de Gennes pour préciser les besoins et ébaucher des prototypes de l’application pour smartphone que nous souhaitions développer (8).

Nous avons ensuite utilisé cette réflexion pour développer cette application (https://www.citique.fr/signalement-tique/) ainsi qu’un site web, afin de recueillir des informations sur les conditions dans lesquelles les gens et les animaux sont piqués par les tiques. Cette application encourage également les participants à nous envoyer des photos et des tiques pour analyser leur contenu en agents pathogènes 9. Cette initiative a été validée par le Plan National Lyme et son développement a été confié au laboratoire INRA Ephytia (Bordeaux) sous notre coordination. L’application a été mise à disposition gratuitement sur les plateformes iTUNE ET GooglePay le 17 Juillet. Sa sortie a été accompagnée d’une importante campagne de communication orchestrée par les organismes partenaires (Inra, DGS et Anses) et largement relayés par les associations et la presse régionale et nationale (web, journaux, TV) 10. Nous avons également produit des flyers, des posters et des fiches d’information pour le grand public sur le projet et les tiques. Pour en savoir plus : http://www.inra.fr/Grand-public/Alimentation-et-sante/Tous-les-dossiers/Maladie-de-Lyme-et-infections-a-tiques/Maladie-de-Lyme-tiques-et-sciences-participatives

Cette initiative a été très bien accueillie et la participation a été très importante : en quatre mois l’application a été téléchargée 30.000 fois, 4.500 signalements (homme et animaux) ont été réalisés, un millier de photos. Plus de 500 tiques reçues au laboratoire pour enrichir la première tiquothèque de France qui sera mise à disposition de tous les laboratoires de recherche partenaires du projet. Ces données ont permis de produire des résultats importants pour la prévention, notamment 30% des piqûres ont été signalées dans les jardins, autour des habitations. Cette constatation change notre perception sur le risque qui n’est pas uniquement lié aux longues randonnées en forêt, et ouvre de nouvelles questions de recherche sur les moyens à mobiliser pour atténuer le risque dans les espaces urbanisés très fréquentés. 

  • Perspectives

 
 
Résultats CiTIQUE : des régions plus touchées que d'autres. © Inra, JF. Cosson, P. Frey-Klett
Résultats CiTIQUE : des régions plus touchées que d'autres © Inra, JF. Cosson, P. Frey-Klett
Le projet est démarré depuis quatre mois. L’effort principal a été mis sur la communication pour rendre le projet visible et susciter l’adhésion et la participation des citoyens. Cette phase est essentielle pour les projets de recherche participative. Maintenant que cette participation est bien enclenchée le défi est de la maintenir sur le plus long terme. Nous sommes en train de mettre en place des actions ciblées pour collecter des informations précises sur des populations à risque (agents ONF, ONC, INRA et Scouts) ainsi que des actions spécifiques basées sur des protocoles de collecte dans le cadre du projet 60 Millions d’Observateurs 11 
La deuxième phase du projet est de sécuriser les données et leur utilisation à des fins scientifiques. Nous avons soumis plusieurs projets de recherche dans différents domaines pour utiliser ces données afin de (1) comprendre la motivation et le comportement des citoyens participants à CiTIQUE b ; (2) de constituer des cohortes humaines et animales pour le suivi à long terme des manifestations cliniques suite à des piqûres de tique c,d ; (3) de cartographier les piqûres, les espèces de tiques piqueuses et les agents pathogènes c ; (4) de cartographier le risque acarologique en fonction du paysage et du changement climatique e,f, ; et (5) d’utiliser les réseaux sociaux pour la surveillance de ces risques g. Au total six projets de recherche dont trois déjà financés. 
Le troisième volet du projet concerne la mise en place de stages de recherche pour les scolaires et tout public. Cette action a demandé un énorme travail en amont coordonné par P Frey-Klett. Près d’un million d’euros ont été collectés auprès de l’INRA, du labex Arbre, de la Région Grand Est, du FEDER, de la Métropole du Grand Nancy et des Fondations de France et Bettencourt-Schueller pour financer la construction d’un laboratoire Tous Chercheurs destiné à accueillir le grand public sur le site de Champenoux du centre Inra Grand Est-Nancy ainsi que le personnel encadrant les stages qui commenceront en Septembre 2018. Dans ce laboratoire des pièces seront aménagées et équipées pour permettre aux citoyens de participer à l’analyse des tiques collectées par d’autres citoyens, en toute sécurité. 
 
Valorisation : 
- Vayssier et al. (2017) Lyme : collectionnons les tiques pour aider les chercheurs. The Conversation https://theconversation.com/lyme-collectionnons-les-tiques-pour-aider-les-chercheurs-70607

- Cosson JF, Roturier C, Desclaux D, Frey-Klett P (2017) Les sciences participatives et la démarche scientifique. The Conversation https://theconversation.com/les-sciences-participatives-et-la-demarche-scientifique-85198 
- Cosson JF (2017) Maladie de Lyme : Aménager son jardin pour éviter les prolifération des tiques. The Conversation. https://theconversation.com/lyme-amenager-son-jardin-pour-se-proteger-des-piqûres-de-tiques-80931 
- Cosson JF (2017) May citizen sciences help in better understand and prevent tick-borne diseases? EurNegVec conférence, Chania, Creta 
 
Médias (sélection) 
 - Le Figaro (2017), 1 Juin. Interview. La tique, une méconnue qui mobilise enfin la recherche. 
http://www.lefigaro.fr/sciences/2017/06/01/01008-20170601ARTFIG00273-la-tique-une-meconnue-qui-mobilise-enfin-la-recherche.php 
 - Le Monde, (2017), 24 Mai. Interview. Pour une cartographie des tiques 
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/05/23/pour-une-cartographie-des-tiques_5132276_1650684.html 
- Sciences & Avenir (2017), 4 Juillet. Interview. Ensemble contre les tiques : citoyens et chercheurs 
s’unissent au nom de la science participative. http://consocollaborative.com/article/ensemble-contre-les-tiques-citoyens-et-chercheurssunissent-au-nom-de-la-science-participative/ 
 - Le Parisien (2017), 17 Juillet, Interview. On se pique de l'appli Tiques. http://www.leparisien.fr/societe/on-se-pique-de-l-
application-contre-les-tiques-17-07-2017-7138386.php 
- The Daily Telegraph (2017) 18 Juillet, Interview. French launch 'tick alert' app as Lyme disease moves 
north. http://www.telegraph.co.uk/ news/2017/07/17/france-launches-tick-alert-app-frantic-bid-map-lyme-disease/ 
- L’express (2017), 17 Juillet. Interview. Maladie de Lyme: une application pour signaler les morsures de 
tiques. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/maladie-de-lyme-une-application-pour-signaler-les-morsures-de-tiques_1928030.html 
- Le Point (2017), 19 Juillet. Une application pour participer a la lutte contre la maladie de Lyme. 
http://www.lepoint.fr/sante/une-application-pour-participer-a-la-lutte-contre-la-maladie-de-lyme-19-07-2017-2144167_40.php 
 - La Croix (2017), 3 Aout. Interview. Citique, une nouvelle application pour lutter contre les tiques. 
http://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Sante/Citique-nouvelle-application-lutter-contre-tiques-2017-08-03-1200867429 
 - Le Parisien (2017), 1 Octobre. Interview. Acariens : 30 % des tiques vivent dans nos jardins. 
http://www.leparisien.fr/vie-quotidienne/sante/acariens-30-des-tiques-vivent-dans-nos-jardins-01-10-2017-7298646.php 
- Libération (2017), 12 Octobre. Interview Dossier Lyme. http://www.liberation.fr/france/2017/10/12/maladie-de-lyme-des-tiques-et-unmicmac_1602757?xtor=EPR-450206&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=quot 
- France Info (2017), 29 Juillet. Nouvelle application pour signaler les morsures de tiques. http://france3-
regions.francetvinfo.fr/grand-est/meurthe-et-moselle/nancy/nouvelle-application-signaler-morsures-tiques-1303977.html 
 - TF1 (2017), 7 Août, 20h. Interview Pascale Frey-Klett. Santé : Une application pour lutter contre la 
maladie de Lyme. https://www.tf1.fr/tf1/jt-20h/videos/sante-une-application-lutter-contre-maladie-de-lyme.html?xtor=AD-32 
- France 3 (2017). 21 Septembre. Interview. L'application Signalement Tique pour mieux prévenir la 
maladie de Lyme [VIDEO] France 3,. https://youtu.be/A7leAvzpCyo 
 - La Chaine Parlementaire (2017), 28 octobre. Maladie de Lyme, mieux dépister et mieux traiter. 
http://www.lcp.fr/emissions/etat-de-sante 
 
Projets de recherche finançant CiTIQUE 
a. Signalement TIQUE, une application smartphone pour la prevention des maladies liées aux tiques. Coord. JF Cosson. 20 K€. 
CiTIQUE, un projet de recherche participatif pour mieux comprendre et prévenir les maladies transmises par les tiques. Région Grand Est. Coord. P Frey-Klett. 120 K€. 
CiTIQUE, un projet de recherche participatif pour mieux comprendre et prévenir les maladies transmises par les tiques. (soumis FEDER). Coord. P Frey-Klett. 120 K€. 
CiTIQUE, un projet de recherche participatif pour mieux comprendre et prévenir les maladies transmises par les tiques. Fondation de France. Coord. P Frey-Klett. 40 K€. 
 
Projets de recherche s’appuyant sur CiTIQUE 
b. SMARTICKS (2017-2018) Setting risk maps of tick bites thanks to data send by citizens through an app for smartphone. Coord. V Godard. 20 K€. 
c. ANR (2016-2020) OHTICKS: One-Health approach to identify threat posed by tick-borne pathogens responsible of unexplained infectious syndrome in humans and animals. Coord. M Vayssier-Taussat. Funding 600 K€. 
d. PIQTIQ (soumis Ministère de la Santé & Inserm) Projet de recherche clinique : Cohorte socio-microbioclinique, Maladies transmises par les tiques. Coord. C Chirouze. 2 M€. 
e. TELETIQ (2017-2018) Données de Téléphonie mobile et de sciences participatives pour l’estimation du risque de transmission de maladies liées à l’environnement : application aux maladies transmises par les tiques. Coord. G Vourc’h. 30 K€. 
f. CLIMATICK (soumis INRA-ACCAF) Projection and adaptation of tick threat in agricultural and forest landscape under climate change. Coord. K Chalvet-Monfray. 
g. TICTIQ (soumis ANR) Information and Communication Technology and citizen science data to improve tick bite risk. Coord. K Chalvet-Monfray. 
 
Références bibliographiques : 
1. Lyme borreliosis. https://doi.org/10.1038/nrdp.2016.90 
2. The expanding universe of Lyme Borreliosis. https://doi.org/10.1089/vbz.2017.2127 
3. The ancien history of Lyme disease. https://www.nature.com/articles/s41559-017-0282-8 
4. How a multidisciplinary One Health approach can combat the tick-borne pathogen threat in Europe. 
https://doi.org/10.2217/FMB.15.15 
5. Plan National Contre les Maladies à Tique. http://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/plan-national-delutte-contre-la-maladie-de-lyme-et-les-maladies-transmissibles-417525 
6. May citizen sciences help in better understand and prevent tick-borne diseases? EurNegVec conférence, Chania, Creta 
7. Les sciences participatives en France. http://institut.inra.fr/Partenaires/Sciences-et-societe/Toutes-les-actualites/rapport-Houllier-SciencesParticipatives-Najat-Vallaud-Belkacem 
8. cycles de living-lab à l’Espace des Sciences Pierre Gilles de Gennes https://www.espgg.org/Atelier-living-lab-Tiques 
9. Signalement Tique http://presse.inra.fr/Communiques-de-presse/Signalement-Tique 
10. Cinq Communiqués de presse (Inra, Anses, DGS, AFP), 15 TV & radios (dont TF1, France 3, LCP), >100 presse & web (dont Le Monde, Le Figaro, Le Parisien, Libération), 19 Conférences (dont Inra, Fête de la Science, Université de Pharmacie, Associations). 
11. Projet d’Investissement d’Avenir 60 Millions d’Observateurs (2015-2018) http://vigienature.mnhn.fr/page/le-projet-
collaboratif-65-millions-d-observateurs-est-officiellement-lance 
 
Contact : Jean-François Cosson (Unité BIPAR, Département SA, Centre Jouy-en-Josas), Pascale Frey Klett (LABEX ARBRE, Département EFPA, Centre Grand Est Nancy)