• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Contribution des membres de l’Unité SMART-LERECO à l’Expertise scientifique collective de l’INRA « Rôles, services et impacts de l’élevage »

Publié le 07/01/2018

Un travail réalisé à la demande des Ministères en charge de l’Écologie et de l’Agriculture, et de l’Ademe

À la demande des ministères en charge de l’Écologie et de l’Agriculture, et de l’Ademe, l’Inra a conduit une expertise scientifique collective sur les systèmes d’élevage européens et leurs produits. Leurs rôles, leurs impacts économiques, sociaux et environnementaux, ainsi que les services marchands ou non marchands qu’ils rendent à la société ont été analysés sur la base d’un important travail de synthèse bibliographique internationale. Plusieurs membres de l'UMR SMART-LERECO ont participé à cette expertise pour traiter notamment des questions économiques.

L’élevage et la consommation de produits animaux ont été particulièrement présents dans l’actualité médiatique et scientifique de la dernière décennie. En particulier, le rapport Livestock’s long shadow de la FAO a eu un effet de cadrage des débats en mettant en balance les enjeux de sécurité alimentaire et les dommages climatiques et environnementaux associés à l’élevage. Dans ce contexte, il est apparu nécessaire, dans le cadre de cette expertise, d’étayer le débat en faisant le point sur les connaissances relatives aux rôles, impacts et services environnementaux, économiques et sociaux issus des élevages européens et de leurs produits.

Résultats : Cette expertise scientifique collective (ESCo) aborde conjointement les multiples conséquences de la production et de la consommation de produits d’origine animale (bovins, petits ruminants, porcins et aviculture) sur les écosystèmes et le climat, le travail et l’emploi, les marchés et les principaux enjeux sociaux et culturels. Abordées dans un premier temps dimension par dimension, les connaissances ont ensuite été analysées sous la forme d’un «bouquet de services» au sein des principaux territoires d’élevage européens. Dans chacun de ces territoires, les relations entre les différents impacts et services permettent d’identifier les compromis et les principaux leviers d’action envisageables pour accroître la durabilité de l’élevage. L’unité a notamment contribué à documenter, par des analyses statistiques originales appuyant la revue de littérature, certaines contradictions entre bienfaits et nuisances de l’élevage liées aux changements d’échelle. Il en découle la nécessité de dépasser le débat entre élevages intensifs souvent parés de tous les maux et élevages extensifs le plus souvent plébiscités. Ainsi la concentration géographique des élevages, qui va de pair avec une intensification sur l’animal et un accroissement plus rapide des élevages dans les régions les plus denses, est corrélée aux revenus agricoles les plus élevés, à un meilleur maintien de l’emploi régional associé et à de meilleures performances à l’export. Cette évolution de la répartition géographique des productions a bénéficié de l’élargissement de l’UE dans les années 2000 comme l’atteste l’intensification des échanges intra-communautaires. Associée à une intégration rapide du progrès technique et génétique en élevage qui participe aux économies d’agglomération et à l’exploitation d’avantages naturels ce mouvement a contribué à réduire les émissions de gaz à effet de serre et la consommation de ressources non renouvelables de l’élevage européen. Il est cependant défavorable à l’emploi au niveau européen et aux associations cultures élevages, avec un déclin des exploitations de polyculture élevage dans les pays de l’Est principalement. En outre il conduit à des pollutions locales dont la gestion est couteuse et source de conflits. L’analyse ne conduit pas à valider l’efficacité relative du modèle breton, une région à forte densité animale où les élevages herbivores et granivores coexistent et dont l’agrandissement a longtemps été fortement découragé, vis-à-vis de Régions spécialisées dans moins d’espèces. En outre la comparaison avec le Danemark montre que l’agrandissement peut-être un moyen de financer, par les économies d’échelle, la réduction des pollutions de l’eau au travers d’un marché de la terre libéralisé et de contraintes environnementales strictement appliquées.

Perspectives : Ces travaux ont donné lieu à des présentations orales auprès des instances commanditaires, de l’INRA et des établissements d’enseignement supérieur. Sur le volet économique qui intéresse plus spécifiquement les membres impliqués de SMART-LERECO, un article de synthèse est en cours de rédaction pour une soumission à la revue Animal.

Références bibliographiques :
Dumont B., Dupraz P. (coordinateurs), 2017. Rôles, services et impacts de l’élevage en Europe. Rapport final de l’Expertise scientifique collective, 1042 p.
Dumont B., Dupraz P. (coordinateurs), 2017. Rôles, services et impacts de l’élevage en Europe. Synthèse de l’Expertise scientifique collective, 136 p.
Dupraz P. (coordinateur), 2016. Panorama de l’élevage dans l’UE. Chapitre 1 du rapport de l’Esco « Rôles, services et impacts de l’élevage en Europe », pp 17-190.
Dumont B., Dupraz P., Sabatier R., Hercule J., Donnars C., 2017. Une expertise scientifique collective analyse les rôles, impacts et services issus des élevages en Europe. Fourrages, n°229, 63-76.
Delaby L., Chatellier V., Dumont B., Horan B., 2017. Un territoire porté par l’élevage laitier dans des conditions de milieu favorable et de marchés incertains. INRA Productions Animales, vol 30 (4), 15 p.
Dourmad J.Y., Delaby L., Boixadera J.L., Ortis C., Méda B., Gaigné C., Dumont B., 2017. Diversité des services rendus par les territoires à forte densité d’élevages, trois cas d’étude en Europe. INRA Productions Animales, vol 30 (4), 15 p.
Dupraz P. (coordinateur), 2016. Les formes de gouvernance des compromis. Chapitre 8 du rapport de l’Esco « Rôles, services et impacts de l’élevage en Europe », pp 979-1014.
Gaigné C., Letort., 2017. Co-localisation des différentes productions animales en Europe : l’exception française ? INRA Productions Animales, vol 30 (3), 219-228.
Hercule J., Chatellier V., Piet L., Dumont B., Benoit M., Delaby L., Donnars C., Savini I. & Dupraz P., 2017. Une typologie pour représenter la diversité des territoires d’élevage en Europe. INRA Productions Animales, vol 30 (4), 285-302.

Contact : Pierre Dupraz, Vincent Chatellier, Carl Gaigné, Lise Frappier, Elodie Letort, Fabrice Levert, Laurent Piet, Stéphane Turolla, UMR SMART-LERECO, Département SAE2, Centre INRA de Bretagne et Normandie