#Inra2025 #OpenScience : une science ouverte grâce au numérique

Une science ouverte grâce au numérique

Retour à l'accueil #Inra2025

Priorité #OpenScience : une science ouverte grâce au numérique

La révolution numérique modifie profondément le travail des chercheurs : de nouvelles questions de recherche vont émerger de jeux de données sans précédent, aujourd’hui disponibles et partagés au sein de la communauté scientifique et avec nos concitoyens. Ce constat invite à imaginer un nouveau partage du travail entre producteurs et analyste de données, à revisiter les modalités d’analyse des données massives et à contribuer à l’essor d’une économie de l’information.

 

Contexte et vision
 

5 Objectifs

. © Inra
© Inra

> OpenScience-1 : Des infrastructures de recherche connectées

> OpenScience-2 : Une organisation des données pour le partage et la réutilisation

> OpenScience-3 : Des approches
prédictives en biologie

 

> OpenScience-4 : De nouveaux modes de diffusion de la connaissance

> OpenScience-5 : Le métier et l’environnement du chercheur adaptés au numérique

 

 

Objectifs ONU du développement durable

 

Objectif ONU 9 : bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation

Objectif ONU 17 : partenariats pour la réalisation des objectifs

 

Défis de la Stratégie Nationale de Recherche

 

Défi SNR : santé et bien-être

Santé et bien-être

Défi SNR : sécurité alimentaire et défi démographique

Sécurité alimentaire
et défi démographique

Défi SNR : société de l'information et de la communication

Société de l'information
et de la communication

Défi SNR : sociétés innovantes, intégratives et adaptatives

Sociétés innovantes,
intégratives et adaptatives

Nombre de résultats par page

Déterminisme génétique de la taille des bovins

 
 
Publié le 13/05/2019

... qui n'explique qu'une faible part de la variabilité observée

Dans le cadre du consortium international "1000 génomes bovins", des chercheurs de l’Inra et d’Allice et leurs collègues étrangers ont exploré le déterminisme génétique de la stature des animaux, mettant en évidence sa complexité. Au moins 163 régions génomiques sont impliquées dans le contrôle génétique de la taille des bovins, mais elles n’expliquent que 14 % de la variabilité de ce caractère dans des p...

Les chèvres françaises à l’heure de la sélection génomique

 
 
Publié le 07/05/2019

les deux principales races laitières concernées : Alpine et Saanen

Suite à de nombreuses études menées à l’UMR GenPhySE depuis 2012, la sélection génomique vient d’être déployée pour l’espèce caprine en France en janvier 2018. Elle concerne les 2 principales races laitières (Alpine et Saanen) et l’ensemble des caractères actuellement en sélection. Les gains de précision des valeurs génétiques sont obtenus notamment grâce à l’utilisation d’une évaluation génomi...

Interaction 3D et gènes co-exprimés dans le muscle fœtal porcin.

 
 
Publié le 06/05/2019

Une nouvelle méthode statistique

Dans le secteur de l'élevage porcin, la sélection a été associée à une mortalité plus élevée des nouveau-nés. Le muscle fœtal squelettique, de par son implication dans les fonctions motrices et de thermorégulation, est essentiel à la survie du porcelet. Il est par conséquent important de comprendre les processus biologiques liés à la mise en place de la maturité musculaire fœtale, pour améliorer la survie à la naissance des porcelets. Une n...

ADAPTmap

 
 
Publié le 06/05/2019

Un projet  international d’analyse de données de génomique caprine

Le projet ADAPTmap, créé en 2014, a exploité un jeu de données de génomique international chez la chèvre, constitué des génotypages sur puce SNP 50K de 4653 animaux échantillonnés dans 148 populations, de 35 pays et cinq continents différents. Plusieurs scientifiques et ingénieurs du Département de Génétique Animale ont participé à l’élaboration du projet, à sa gouvernance et aux groupes de travail. Au...

Un jeu vidéo sur smartPhone : Aquakultor 

 
 
Publié le 28/02/2019

Devenez pisciculteur !

La production aquacole augmente chaque année et doit faire face aux enjeux de durabilité. C’est dans ce cadre que les travaux de thèse de Mathieu Besson (collaboration Université de Wageningen et INRA, Rennes) ont démontré que la sélection génétique peut à la fois améliorer les retombées économiques des élevages piscicoles et réduire leurs impacts environnementaux. Nous avons voulu partager ces résultats positifs avec le grand public, sous la forme orig...