• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Les vaches : un modèle animal pour certaines maladies génétiques chez l'homme

Mis à jour le 23/05/2018
Publié le 23/05/2018
Mots-clés : 3PERF-2 - OPENSCIENCE-3 - GA

Dans certains cas, le modèle bovin peut être plus intéressant que le modèle murin pour étudier des maladies génétiques chez l'homme !

Mutations responsables d'anomalies génétiques chez les bovins : la vache un modèle pour la recherche Scientific Reports 09/2017. © Inra, Denis Milan
Mutations responsables d'anomalies génétiques chez les bovins : la vache un modèle pour la recherche Scientific Reports 09/2017 © Inra, Denis Milan
Les équipes du département de Génétique Animale ont cette année publié trois articles chez les bovins illustrant l’intérêt des animaux d’élevage dans l’acquisition de connaissances originales en biologie fondamentale, l’un sur l’architecture génétique de la stature, les deux autres sur le déterminisme de plusieurs anomalies. En utilisant la séquence génomique complète d’un individu atteint et de milliers d’individus sains, nous avons ainsi identifié les mutations causales responsables de plusieurs syndromes parfaitement similaires à des syndromes rares chez l'Homme. L’analyse des grandes familles de demi-frères/sœurs a permis de plus de  cartographier certains gènes modificateurs. En permettant de réduire l’occurrence des syndromes dans les populations d’élevage, ces résultats auront aussi des retombées économiques importantes. Ils apportent aussi la preuve que le modèle bovin peut, dans certains cas, être meilleur que le modèle murin, qui exprime parfois un phénotype atténué.