• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

La biologie des systèmes pour appréhender les interactions plantes-pathogènes

Publié le 30/08/2017
Mots-clés : OPENSCIENCE-3 - SPE

La biologie des systèmes pour décrypter les compromis évolutifs des interactions plantes - agents pathogènes

Shéma d'un réseau à l'échelle du génome intégrant les fonctions métaboliques et les fonctions de virulence du pathogène. © Inra, Rémi Peyraud
Shéma d'un réseau à l'échelle du génome intégrant les fonctions métaboliques et les fonctions de virulence du pathogène © Inra, Rémi Peyraud
La biologie des systèmes est une approche prometteuse pour appréhender la complexité des interactions plante-agents pathogènes, révéler les paramètres clés qui déterminent ces interactions et ainsi prédire l’issue de telles interactions. Des chercheurs de l’INRA (unité LIPM, Toulouse), dans une revue publiée le 10 Février 2017 dans The Plant Journal, présentent les principes de ces approches et leur capacité à intégrer les différentes données Omics ou encore à prédire les phénotypes des organismes. De plus, ils ont identifié un certain nombre de défis pour les années à venir dans le domaine, notamment l’intégration multi-échelle des modèles mécanistiques des plantes et des agents pathogènes. Ces approches ont été utilisées dans de récents travaux de ces chercheurs aux cours desquels ils ont pu mettre en évidence les mécanismes moléculaires sous-jacents au compromis croissance/virulence chez un pathogène majeur, Ralstonia solanacerum.

Ce tour de force à pu être réalisé grâce à la reconstruction d’un réseau à l’échelle du génome intégrant les fonctions métaboliques et les fonctions de virulence du pathogène, ouvrant ainsi des perspectives prometteuses dans la capacité de prédiction de l’émergence de nouvelles souches pathogènes, un défi majeur pour l’agriculture dans le futur. Ces travaux ont été publiés le 12 Octobre 2016 dans la revue PLoS Pathogens.